A - Le travail préparatoire.

1 - Étudier l’énoncé et dégager la problématique.

# Le type de sujets.
- Le sujet présente une opinion à discuter et vous invite à exprimer une position personnelle. Ex. : Pensez-vous que... Peut-on considérer que... ?

- Le sujet vous demande d’expliquer un point de vue, d’analyser ou de définir une notion. Ex. : Expliquez... Justifiez cette affirmation de... Comment définiriez-vous... ?

- Le sujet suscite le commentaire et l’illustration d’une citation ; il vous conduit éventuellement à une discussion ou à un élargissement des perspectives. Ex. : Montrez que... Commentez et, s’il y a lieu, discutez cette opinion...
# Repérer et analyser les mots clés.
Commentez le lexique choisi, les oppositions, les images, les implicites (sous-entendus et présupposés). Cette étape doit vous permettre d’identifier le problème posé par le sujet.
# Définir les notions.
Il est important de ne pas se tromper sur le sens d’un mot ou la portée d’une notion. Méthode : reformuler avec vos propres mots, cela vous permettra de mieux appréhender le sujet.
# Délimiter le sujet.
Fixer le cadre de la dissertation en établissant des limites : ceci évite de s’embarquer dans un hors sujet.
# Mobiliser ses connaissances.
Chaque sujet est lié à un objet d'étude. La connaissance de votre cours vous est indispensable. Normalement votre cours aborde des problématiques liées à la séquence. De grande chance, que vous retombiez sur vos pattes. Ceci fixe des repères.
# Etudier les textes du corpus (surtout si celui-ci contient un texte théorique) et la question préliminaire.
Parce qu’ils peuvent vous permettre d’éclairer le sujet mais surtout vous pourrez y puiser des exemples. La (ou les) question(s) préliminaire(s) abordent souvent un point essentiel que vous pourrez réinvestir dans votre dissertation.
# Rassembler les éléments de l’analyse.
En vous posant ces questions : Quel est le problème posé par le sujet ? Que faut-il montrer ? Quels sont les éléments de réponse que j’ai mis à jour ?


A partir de tout ce travail, vous serez en état de formuler une problématique précise, c’est-à-dire, de reformuler avec vos propres mots la question posée. Veillez à bien vérifier que votre problématique ne soit pas en décalage par rapport au sujet de la dissertation.

2 - Recherchez des arguments et des exemples.

Établir une liste détaillée d’arguments et d’exemples pour appuyer chacun des éléments de votre dissertation. Les arguments vont prouver, démontrer vos thèses. Pour les exemples, n’oubliez pas de penser aux textes du corpus, à l’œuvre étudiée, à vos lectures personnelles et à vos études antérieures (seconde et collège).

B - Élaborer un plan.

l - Plusieurs types de démarches.

Le plan est structuré autour de trois axes directeurs ou thèses – éventuellement deux. Les axes du plan découlent de la problématique : il n’existe donc pas de plan « tout fait », mais trois modèles que vous devrez adapter en fonction du sujet à traiter. Le choix se fera en fonction du type de sujets.
  • Le plan dialectique.
Trois parties : Thèse/Antithèse/Synthèse, plus rarement deux : Thèse/Antithèse. Il convient aux sujets qui invitent à discuter un point de vue. La synthèse cherche à dépasser l’opposition selon une perspective plus large. Elle prend la forme d’une nouvelle thèse. Attention : si l’on n’est pas sûr de la pertinence de sa synthèse mieux vaut s’orienter vers un plan Thèse/Antithèse.
  • Le plan thématique.
Il convient aux sujets qui invitent à aborder différents aspects d’une question. Le plan thématique permet un approfondissement progressif et organisé.
  • Le plan analytique.
Ce plan se compose de trois parties : Description ou explication d’une situation / Analyse des causes/Analyse des conséquences ou des solutions.

Remarque : d’une façon générale, dans la dissertation littéraire, on privilégiera les plans en trois parties qui permettent de construire une réflexion équilibrée.

2 - Construire un plan détaillé

Le plan détaillé va permettre d’organiser la réflexion selon une logique démonstrative destinée à convaincre votre lecteur. C’est là que vous allez élaborer votre stratégie argumentative, c'est-à-dire l’organisation de vos idées, de vos arguments.

Choisissez les grandes parties et leur enchaînement, celles-ci découlent de votre problématique. Au brouillon, résumez en une phrase la thèse que vous allez présenter et démontrer, ne la perdez pas des yeux.

A l’intérieur des grandes parties, composez les sous-parties qui feront autant de paragraphes. Vous devez au minimum avoir l’idée principale, l’argument pour le démontrer et un exemple. Veillez constamment à ce que votre idée principale s’articule de manière pertinente avec la thèse de la grande partie et avec la problématique générale de votre dissertation.

Si vous rencontrez des difficultés pour déterminer vos sous-parties, essayez de décomposer la thèse de votre grande partie : les différents aspects, les différents thèmes à abordés, les rapports logiques (cause, conséquence etc.). Confrontez cela aux idées mises à jour lors du travail préparatoire.

Reliez les sous-parties par des articulations logiques.

A partir de ce point l’ensemble de votre dissertation est balisé, vous pouvez passer à la rédaction.

C - La rédaction de la dissertation.

Pour convaincre le correcteur, il est judicieux de hiérarchiser vos arguments : il est conseillé de présenter les arguments du moins au plus pertinents, ce qui donne un effet de gradation dans la progression de votre dissertation.

l - Composer un paragraphe

Le paragraphe constitue l’unité de base du plan, il en est également l’unité de sens, puisqu’il détermine la progression de l’analyse. Sa longueur moyenne est de dix à douze lignes, et il se compose des éléments suivants :

- une idée principale.

- une argumentation qui démontre la pertinence de l’idée.

- un ou deux exemples précis qui valident l’idée et supporte l’argumentation.

2 - Insérer un exemple et/ou une citation

L’exemple n’est pas une décoration : il doit s’accompagner d’une analyse qui renforce votre argument.

3 - Les transitions

Les phrases de transition relient entre elles les grandes parties du plan. Elles ont une triple fonction :

- Conclure la partie en rappelant l’idée que vous venez de démontrer.

- Montrer le lien logique qui relie deux parties.

- Introduire et annoncer l’idée que vous allez démontrer dans la partie suivante.

NB : La première partie est introduite par une phrase annonçant l’idée directrice de votre partie.

En général, ne laissez pas le correcteur deviner votre démarche, annoncez-la explicitement ; votre devoir en sera plus clair et permettra de bien rendre compte de la cohérence de votre raisonnement.

4 - Introduire et conclure

L’introduction.
Elle se déroule en trois temps :

- Amener le sujet en partant d’un thème plus général, d’une réflexion littéraire ou historique.

- Citer le sujet ou le reformuler, et présenter la problématique sous forme de question.

- Annoncer les axes choisis pour le plan.

La conclusion.
La conclusion est souvent négligée, or c’est une grave erreur. C’est le lieu où vous allez montrer :

- Que vous maîtrisez votre sujet en reprenant l’essentiel des idées que vous avez amené lors du développement.

- Amener une réponse à la problématique pour montrer que vous avez fait le tour du sujet et que vous y voyez donc plus clair.

- Prendre du recul et élargir le sujet en montrant les prolongements possibles dans une perspective plus vaste. (Par ex. si le sujet traite un point relatif à la poésie, ouvrez sur la poésie en tant que genre ; idem pour le théâtre, la réécriture etc.).